1

Présidentielle 2022 : Barnier trop « lisse », « en phase » avec Zemmour, Charles Millon distribue ses bons points à droite

Interviewé ce samedi par l’Express, l’ancien président de la Région Rhône-Alpes devait notamment analyser le parcours d’Eric Zemmour afin de déterminer si l’essayiste n’est pas finalement son digne successeur en tentant de rassembler derrière lui des électeurs des Républicains et du Rassemblement national.

« Eric Zemmour répond à un besoin : celui de l’expression d’un certain nombre de jugements et d’analyses qui correspondent à la réalité. Quand il dit que la France doit rester une communauté nationale avec les mêmes idéaux et convictions, il a raison. Il est contre une société communautarisée, moi aussi. Je suis en phase avec le point central du discours d’Eric Zemmour », indique Charles Millon.

Il considère également que « Zemmour profite de ce que Fillon a commencé » en 2017, précédent scrutin présidentiel durant lequel Charles Millon avait soutenu l’ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy.

Quid des Républicains qui organiseront bientôt leur congrès afin de choisir leur candidat ? Charles Millon en veut encore aux dirigeants d’avoir évincé Laurent Wauquiez et sa tentative de droitiser fortement le parti : « Je ne comprends pas leur renoncement. C’était leur heure, surtout celle de Wauquiez. (…) Mais ces idées sont devenues centrales à droite ! En conséquence, Éric Ciotti préempte cette ligne politique. Il n’a pas le même statut que les trois favoris, mais son discours parle à la droite ».

A choisir, on devine que Charles Millon est plutôt attiré par les profils d’Eric Zemmour et d’Eric Ciotti. Et pas du savoyard Michel Barnier ? « Il est tellement lisse. Il a opéré un revirement récent sur l’immigration et l’Europe. Ce n’est pas crédible. Il a été au coeur des institutions européennes pendant dix ans. Cette politique est aujourd’hui contestée par les électeurs, y compris par les autres candidats de droite. Sans juger de sa sincérité, on ne peut pas être un personnage multiple ».

Lyon Mag du 13/11/2021